Comment s’organise la politique extérieure mexicaine depuis l’arrivée au pouvoir d’ Obrador ?


Le 6 juin 2021 se tenait au Mexique un scrutin législatif, régional et municipal. Ces élections aux apparences de scrutin de mi-mandat ont permis au président en place, Andrés Manuel López Obrador (AMLO), de conserver une courte majorité à la Chambre des députés.


La victoire en demi-teinte d’AMLO et de ses alliés permet la poursuite du projet réformateur du président. Au pouvoir depuis décembre 2018, AMLO inscrit la géopolitique mexicaine dans la continuité des principes sur lesquels se sont reposés les dirigeants qui l’ont précédé. C’est dans la nuance entre une logique réformatrice de la diplomatie mexicaine et une dimension traditionnelle toujours présente que s’organise la politique extérieure du Mexique.


La défense systématique du multilatéralisme permet de se différencier de la diplomatie mexicaine traditionnelle. À travers les nombreuses initiatives s’organisant autour de sujets centraux comme le climat ou la migration, le Mexique d’AMLO signifie son envie de coopérer avec les institutions internationales.


Si certains éléments semblent amener la politique mexicaine dans une ère se différenciant des politiques menées par le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), il en demeure qu’ils s’inscrivent dans une logique propre au Mexique: se concentrer sur la politique intérieure dans la mesure où c’est l’attitude du Mexique qui pourra légitimer son action en dehors de ses frontières.


Les résultats du scrutin de mi-mandat du 6 juin 2021, qui ont permis à l’opposition de se renforcer, peuvent être expliqués par le bilan jusqu’ici mitigé d’AMLO. En effet, la gestion calamiteuse de la pandémie et la hausse des inégalités dans le pays peinent à donner raison au président.Cependant, la présence de cadres issus de la société civile mexicaine au sein du gouvernement lui permet de conserver une certaine popularité.


Auteur: Félix D

Rédacteur en chef: Marie-Alice Girardet