Comment s'organisent les différents commandements de l’espace des superpuissances militaires ?


Le 1er avril 2021, le Royaume-Uni rejoint le club très fermé des superpuissances spatiales en créant à son tour une « armée de l’espace », The UK Space Command. Désormais au nombre de 5 (France, R-U, USA, Russie et Chine), ces nouvelles branches armées ont pour vocation de s’approprier l’espace (et les différents orbites terrestres) en en faisant un théâtre d’opérations militaires d’un nouveau genre.


L’intérêt de ce type de missions apparaît limpide quand on sait qu’au moins 4 pays (Chine, USA, Russie et Inde) sont en mesure de détruire des satellites via l’envoi de missiles (l’Inde en 2019, la Chine en 2007). Pour l’instant, leurs principales missions se cantonnent à la défense de leurs satellites et à de la collecte d’informations (satellites de reconnaissance). Dernière opération en date pour le Commandement de l’Espace (France), AsterX 2021, le premier exercice spatial en Europe. Cette simulation prend la forme d’une « dissuasion spatiale ». L’idée principale est de former le personnel à toutes éventualités, qu’elles soient militaires ou alors simplement de la gestion de débris spatiaux.


De l’autre côté de l’Atlantique, une unité dédiée à la « Guerre orbitale » a été créée en 2020 au sein de la Space Force. Bien que restreinte au niveau des moyens et capacités technologiques, la recherche sur de nouveaux types d’armements est à son agenda. Par-delà l’Oural, la Russie et la Chine ne sont pas en reste. En juin 2020, la Space Force statue dans un rapport la mise en orbite d’une arme antisatellite par les Russes. Trois mois plus tard, la Chine déploie un engin spatial expérimental en orbite pouvant servir des intérêts aussi bien scientifiques que militaires.


Alors que les initiatives militaires se multiplient dans l’espace extra-atmosphérique, une question reste en suspens : quels traités et juridictions régiront les agissements de ces nouvelles branches armées ?


Auteur: Yann A

Rédacteur en chef: Saïmi Steiner