Comment vivre au-delà de la souffrance ? chez Jack Kerouac


Jack Kerouac, écrivain franco-américain du 20e siècle, est aujourd’hui considéré comme le père de la beat generation. Véritable ode aux voyages et à l’évasion, ce mouvement littéraire et artistique des années 1950 naît dans les œuvres phares de l’auteur comme “Les Clochards célestes”. Il y décrit sa vie de vagabond mêlant amour des grands espaces, vie dans l’instant et bouddhisme par ce qu’il appelle la “prose spontanée”. Très influencé par cette dernière religion, mêlée à son éducation chrétienne, Kerouac tente dans ses aventures de répondre à une question existentielle: Comment vivre au-delà de la souffrance?


La réponse évidente réside a priori dans cette vie de bohémien, sans ennui ni argent, et guidée seulement par les lois du Dharma, mot aux nombreux sens définissant les vérités bouddhistes que l’écrivain s’efforce de suivre. Ainsi, par la méditation ou le voyage à travers les Etats-Unis, le protagoniste Ray Smith (dans lequel se projette Kerouac) tente d’atteindre le nirvana. Malgré la spiritualité qui l’imprègne, son quotidien est rythmé par les plaisirs en tout genre: auto-stop, alcool, drogues et orgies. La liberté est ici au service de la vie, comme un véritable affront à l’Amérique capitaliste et conformiste de l’époque.


Mais au-delà de la perfection apparente de cette vie d’aventurier, on sent peu à peu la lassitude s’installer au fil du temps. La vie collective trépidante en été laisse place à une quête solitaire aux lisières de la folie ou de la sagesse l’hiver venu. La nostalgie et la mélancolie ne quittent alors plus vraiment l’auteur. Le retour au christianisme en fin de vie, qui a quelque part toujours cohabité avec le rêve bouddhiste de Smith/Kerouac, témoigne du caractère éphémère de ce mode de vie et de cette volonté de vivre et de mourir hors de toute souffrance.


Auteur: Yann L.

Rédacteur en chef: Anouck L