Comprendre : Diogène de Sinope : une vie de chien


Philosophe grec, demeurant à l’époque d’Alexandre le Grand, connu pour sa franche critique de la société, Diogène de Sinope fut l’un des plus célèbres élèves d’Antisthène, fondateur de l’école cynique. La particularité de ce personnage résidait dans son mode de vie délabré, de vagabond, dû à un passé délictueux qui l’a obligé à errer. Cette tendance à vivre de cette manière fut appliquée à une maladie reconnue chez les personnes atteintes d’une insalubrité extrême et incontrôlée : le syndrome de Diogène.


Le jugement de ses pairs en raison de sa façon de vivre l’amena à développer sa pensée philosophique : le cynisme. Sa vie consista à dénoncer les conventions sociales, les personnes riches, les souverains et même les dieux. Il prônait une liberté totale de l’Homme, se souciant nullement de l’avis de la société sur sa propre personne, et encourageait ses disciples à trouver le bonheur dans des choses futiles. Nombre de gravures célèbres ou autres peintures représentent l’homme grec, assis, pratiquement nu, dans la rue ou sur les escaliers de l’Agora.


Appliquer la philosophie de Diogène à l’heure actuelle serait quasiment impossible. Chaque acte réalisé dans notre vie ultra-socialisée se rattache à une empreinte juridique ou économique. Les règles sociétales dénigrées par le philosophe sont présentes dès la naissance, et cela jusqu’à la mort sans possibilité de s’en défaire. Même les animaux les plus sauvages obéissent à des conventions conclues par leurs comportements, leurs caractères, leurs territoires.


Pensez-vous qu’il serait possible de redécouvrir et surtout d’appliquer ce mode de vie ? De s’affranchir de toutes les lois sociales ? Diogène disait : « Cet enfant qui boit dans le creux de sa main, m’apprend que je conserve encore du superflu ».



71 views