Comprendre : l’insociable sociabilité selon Kant


En 1784, Kant rédige un court essai intitulé Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique. Il y met en évidence le fait que, si l’être humain tente de conceptualiser l’autonomie de la volonté, les manifestations de cette volonté sont déterminées par la loi naturelle. Kant se pose ainsi comme objectif de découvrir le dessein de la nature qui expliquerait un possible plan propre à l’humanité.


Dans la quatrième proposition, Kant conceptualise l’insociable sociabilité. Cet a priori antagonisme est incarné par un « penchant des hommes à être en société » ainsi qu’une tendance à la « résistance générale » et constitue pour Kant un des fondements de la nature humaine. L’homme a donc besoin de s’associer mais également de se démarquer en société. Pour ce faire, il développe sa force, ses dispositions naturelles.


En effet, selon Kant, par le biais de cette dualité, la nature s’assure que les dispositions humaines, en puissance chez chaque individu, s'actualisent (selon le concept aristotélicien). Même si le penchant pour la résistance, qui r