Comprendre : La démocratie participative



La démocratie participative signifie que le peuple partage le pouvoir et participe aux décisions. En Grèce Antique, les citoyens pouvaient se réunir, ce qui semble plus compliqué à réaliser de nos jours.


La question émerge aux États-Unis entre Dewey et Lippman. Lippman affirme que la classe dirigeante doit être composée d'experts. À cette démocratie, Dewey oppose une démocratie participative : elle consiste à réfléchir ensemble sur la façon d’adapter son environnement en tenant compte des contraintes de ce dernier. Il s’agirait par exemple de réfléchir à une meilleure organisation de l’espace en luttant contre les inégalités sociales. Mais cette démocratie n’en est une que si elle est participative, si tous les membres réfléchissent à cette organisation pour répondre aux problèmes de cette même société.


Toutefois, cette vision de la démocratie participative n'est-elle pas trop parfaite ? Dewey n’évoque jamais les tensions ou désaccords qui pourraient émerger. La participation est-elle seulement directe ? Ne peut-elle pas se contenter d'une participation indirecte ? C'est le principe même de représentation par laquelle le peuple choisit des représentants pour porter les fins communes qu'il vise en tant que peuple, dans la mesure où tout le monde ne peut effectivement pas participer à la prise de décision directe.


Avec internet, une forme de participation directe purement consultative est possible par les sondages ou pétitions. La participation ne serait pas simplement une prise de décision directe, elle se définirait plutôt à partir de son effectivité, de sa force sur les décisions politiques.


Auteur: Mylène Geliot

Rédactrice en chef: Margot Leblond



11 views