Comprendre : La pensée de Dieu de Spinoza


Baruch Spinoza est un philosophe des Provinces-Unies d'origine portugaise qui vécut au XVIIe siècle. Ce philosophe est très inspiré par le rationalisme de Descartes, entre autres, mais sa pensée diverge en bien des aspects cruciaux. Ces divergences notables sont synthétisées dans son image de Dieu.


Dans la conception monothéiste classique, Dieu est omnipotent, omniscient, antérieur et extérieur aux hommes et au monde qui sont ses créations. Spinoza commente et critique cet état de fait dans son Traité théologico-politique puis surtout dans l'Éthique. Pour lui, penser un Dieu anthropomorphique, doté de sentiments humains, de volonté et de désir, est une aberration. Chez lui, Dieu est totalement immanent au monde, il ne peut donc être antérieur et créateur puisqu'il est celui-ci. Il en est la « Substance », littéralement ce qui le sous-tend: un Dieu infini, unique, et qui englobe toute réalité.


Il l'identifie à la Nature, son fameux Deus sive natura, « Dieu, c'est à dire la Nature », mais ce n'est pas simplement une vision matérialiste. Il entend par nature l'ensemble de ce qu'on appelle le « Cosmos », dans toutes ses dimensions, matérielles et spirituelles, physiques et métaphysiques. Il différencie la « Nature naturante », c'est à dire l'activité, les « lois » qui régissent le Cosmos, de la « Nature naturée », le résultat de cette activité. Ce qui permet de connaître la Nature, sont les « attributs », qui sont infinis car la Substance l'est aussi. Malgré leur infinité, l'être-humain ne possède que deux attributs pour appréhender la Substance qui sont « l'esprit », la pensée, et « L'étendue », c'est à dire la matière. Ici se situe une des différences fondamentales avec Descartes : il tourne le dos à la vision classique aristotélicienne du monde qui veut séparer le corps et l'esprit, que les religions monothéistes ont récupéré. Pour lui, corps et esprit, monde et Dieu, ne font qu'un.


69 views