Comprendre : Nelson Goodman, quand y a t-il art ?


Le philosophe Nelson GOODMAN dans Manières de faire des mondes, tente de définir l’art, sans pour autant passer par une thèse ontologique de ce qui est œuvre d’art. Selon Goodman, aucune réponse satisfaisante ne peut être apportée à la question canonique « Qu’est-ce que l’art ? ». Autrement dit, aucune réponse ne peut prétendre établir l’essence de l’objet artistique puisque l’art évolue en fonction des contextes d’une époque. Goodman déplace dès lors la question essentialiste de l’art pour se focaliser plutôt sur la question « Where is Art ? ». L’art, selon Goodman, n’est donc pas une question de qualités intrinsèques, mais de la manière dont un artiste fait fonctionner son œuvre comme symbole, autrement dit : quand y a t-il art ?


Chez Goodman, le symbole se définit non pas comme un contenu signifiant d’ordre intelligible qui s’attache à un signe concret sensible, mais comme un symbole référentiel. Le symbole peut être tout objet, à partir du moment où on le fait fonctionner comme tel. La boîte Brillo en tant que telle n’est pas une œuvre d’art, mais elle peut le devenir si comme Warhol, nous l’exposons dans un musée où ses propriétés seront exemplifiées et auront une portée symbolique. C’est le musée qui a la capacité de transmuter un objet en œuvre d’art. L’objet devient, dans un musée, symbole. Toutefois, faire fonctionner un objet comme symbole n’est pas suffisant pour faire de l’objet une œuvre d’art. Il faut aussi que l’objet puisse établir une référence au monde.


Chaque œuvre d’art a en effet la potentialité de construire une certaine référence au monde. Une œuvre répond à sa légalité interne et nous fait entrer dans son monde propre. C’est le cas de la sonate de Vinteuil qui permet à Swann de construire son amour pour Odette, chez Proust. Les œuvres d’art peuvent donc avoir des incidences sur nos perceptions du monde. Pour Goodman, le sens d’une œuvre n’est pas seulement celui qu’aurait voulu attribuer l’individu souverain qu’est l’artiste. Au contraire, le sens d’une œuvre est celui que nous, communauté de lecteurs/contemplateurs, sommes enclin à lui donner.


Auteur: Emilie B.

Rédactrice en chef: Margot L.


52 views