Comprendre : Paul B. Preciado et le régime de la différence sexuelle


Paul B. Preciado, né Beatriz Preciado, est un philosophe espagnol né en 1970, notamment héritier de Foucault et Butler. Son dernier ouvrage intitulé « Je suis un monstre qui vous parle » (juin 2020) retranscrit le discours qu’il avait prononcé lors des journées internationales de la cause freudienne. Devant 3500 psychanalystes, le philosophe élève sa voix : les théories psychanalytiques freudiennes et lacaniennes ne peuvent plus permettre de penser le monde d’aujourd’hui.


Non seulement la psychanalyse participe à maintenir le système du patriarcat hétéro-colonial, mais elle fige deux identités sexuelles : une masculine, l’autre féminine. Deux identités bien ficelées auxquelles on se doit d’appartenir, des cases normées qui nous sont inculquées dès notre enfance, mais parfois assignées de force à la naissance. Paul B. Preciado appelle à dépasser ce régime de la différence sexuelle et, dans le même temps, à abolir la terreur d’être anormal. La décolonisation et dépatriarcalisation des corps doivent s’accompagner d’un rejet du diagnostic de la dysphorie du genre. Il faut rendre possible une vie sociale et sexuelle hors du binaire de la différence sexuelle.


Son discours poignant et révélateur insiste aussi sur l’aspect politique du corps. Le régime de la différence sexuelle est une épistémologie politique du corps qui, comme tel, est historique et changeant. Nous vivons un moment d’une importance historique sans précédent, celui d’un changement de paradigme épistémologique : « Dans les années à venir, nous devons élaborer collectivement une épistémologie capable de rendre compte de la multiplicité radicale des vivants et qui ne réduise pas le corps à sa force reproductive hétérosexuelle, qui ne légitime pas la violence hétéro-patriarcale et coloniale ».


Auteur: Esther C.