Congo: la mort de l'opposant Kolélas conforte le pouvoir absolu de Sassou Nguesso


La mort lundi de l'opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, principal rival du sortant Denis Sassou Nguesso à la présidentielle au Congo-Brazzaville, conforte le pouvoir absolu du maître de Brazzaville, dont la réélection s'annonce déjà comme un plébiscite d'après les premières tendances officielles lundi.Le président sortant, 36 ans au pouvoir, obtient entre 90 et 100% des voix dans de nombreux centres de vote aux quatre coins du pays, selon les résultats provisoires dans 35 villes ou quartiers présentés par le président de la commission électorale, Henri Bouka. Les résultats provisoires définitifs devraient être connus mardi ou mercredi, a-t-il ajouté. En 2016, M. Sassou Nguesso avait été réélu au premier tour avec 60% des voix, devant M. Kolélas (15%), selon des résultats violemment contestés.

Testé positif au Covid-19, Kolélas, 61 ans, est décédé en France lundi aux premières heures juste après l'arrivée de l'avion médicalisé venu le chercher à Brazzaville dimanche après-midi, avant la fermeture des bureaux de vote. Le parquet de Bobigny (nord-est de Paris) a annoncé à l'AFP l'ouverture d'une enquête, confiée à la section criminelle, sur la recherche des causes de la mort de l'opposant, dont le corps n'a pas encore été rapatrié. L'opposant avait publié une vidéo samedi, à quelques heures du scrutin et de la coupure de tout accès internet décidée par les autorités, comme souvent en Afrique centrale pour éviter la diffusion des procès verbaux des résultats à la sortie des bureaux de vote.

Après sa mort, l'autre principal candidat de l'opposition, l'ex-ministre Mathias Dzon, a annoncé un recours auprès de la Cour constitutionnelle pour l'annulation du premier tour, qu'il a jugé "calamiteux".Sa mort laisse l'opposition encore plus affaiblie. Deux autres opposants, candidats en 2016, le général Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa, purgent une peine de 20 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l'État". Le principal parti d'opposition, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UDAPS), avait boycotté l'élection de 2021. Dans les quartiers sud de Brazzaville, son fief, l'ambiance était normale, la population reprenant ses activités quotidiennes au lendemain du vote. Quelques tensions ont été enregistrés autour du siège du parti de M. Kolélas, de la part d'une frange excitée de ses partisans. C'est ici qu'un correspondant congolais de TV5 Monde, Berdy Pambou, a été agressé avec son caméraman, a-t-il indiqué. La police a dû intervenir.

Opposant historique, il apparaissait comme le seul vrai rival de M. Sasssou Nguesso, 77 ans, dont 36 au pouvoir, de 1979 à 1992, puis depuis 1997, à l'issue d'une guerre civile dont il est sorti victorieux. Aucun incident majeur n'a été enregistré lors du vote sous haute surveillance, selon les éléments que l'AFP a pu collecter sur le terrain et par SMS (également coupés dans la journée). L'Eglise catholique a émis des réserves sur la transparence du scrutin. Ses observateurs électoraux n'ont pas obtenu d'accréditations. En 2015, M. Sassou Nguesso a fait sauter le verrou constitutionnel qui imposait une limite d'âge et un maximum de deux mandats présidentiels. En 2016, sa réélection contestée avait déclenché une violente rébellion dans la région du Pool.


Reuters/AFP