Covid-19: la France confrontée à "une deuxième vague forte", Macron va parler


Sans exclure des reconfinements locaux, Jean Castex a exhorté lundi les Français à plus de vigilance face à une "deuxième vague forte" de Covid-19, à deux jours d'une nouvelle prise de parole d'Emmanuel Macron. Un Conseil de défense aura lieu, peut-être dès mardi matin, avant l'interview d'Emmanuel Macron mercredi soir sur TF1 et France 2. "Nous sommes dans une deuxième vague forte", a prévenu le Premier ministre lundi sur franceinfo, sur fond d'envolée des nouveaux cas positifs et d'hôpitaux guettés par la saturation, surtout en Ile-de-France. "Il ne peut plus y avoir de relâchement", a averti M. Castex, pour qui "les Français ont considéré un peu trop vite, malgré les discours que nous tenions, que ce virus avait disparu". "Rien ne doit être exclu quand on voit la situation dans nos hôpitaux", a également prévenu le chef du gouvernement à propos de la possibilité de reconfinements locaux. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a confirmé lundi soir qu'il "pourrait y avoir des mesures supplémentaires" pour lutter contre l'expansion de l'épidémie dans les villes les plus touchées, sans en dire plus. La situation est préoccupante à Paris: le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) Aurélien Rousseau a fait état sur RMC/BFMTV d'un taux, jamais vu, de tests positifs de 17% en Ile-de-France. Et le taux d'incidence s'établissait dans la capitale à 413,2 pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, en très nette hausse, d'après les derniers chiffres diffusés lundi par l'ARS. "On a passé les 42% d'occupation" des lits de réanimation par des patients Covid-19 dans la région la plus peuplée du pays (12 millions d'habitants), a ajouté Aurélien Rousseau, un niveau qui va imposer des déprogrammations d'interventions pour faire de la place dans les hôpitaux.


Reuters/AFP


3 views