Covid: la France en vacances sous la menace des variants


"Tout se jouera sur notre capacité à contrôler la progression du variant anglais. C'est désormais lui qui donne le la, et qui imposera de nouvelles restrictions le cas échéant", avertit ainsi l'épidémiologiste Arnaud Fontanet dans un entretien au Journal du dimanche. Ce désormais fameux variant était responsable de 3,3% des nouvelles contaminations en France début janvier, et de 14% à la fin du mois.

Le nombre de contaminations quotidiennes reste pour l'heure sur un plateau élevé, fluctuant entre 20.000 et 26.000 depuis janvier. Il était samedi 06/02 de 20.586 cas confirmés en 24 heures, avec un taux de positivité inchangé à 6,6%. La pression hospitalière s'est également stabilisée cette semaine un peu sous les 28.000 malades hospitalisés (27.327 samedi). La campagne de vaccination quant à elle accélère et a bénéficié samedi du renfort du tout nouveau vaccin AstraZeneca, plus facile à transporter et conserver mais dont l'usage est limité aux moins de 65 ans. Mais avec un peu plus de 1,8 million de personnes ayant reçu au moins une première dose de vaccin vendredi, les spécialistes ne comptent pas encore sur la vaccination pour enrayer rapidement l'épidémie. L'exécutif a toutefois fait le choix, le pari selon certains, de ne pas reconfiner le pays.

Le maintien des restrictions prolonge en tout cas le marasme pour le secteur du tourisme, notamment les sports d'hiver. "D'habitude, le premier samedi des vacances, ça grouille de monde", constatait samedi un agent de la SNCF dans une gare de Grenoble quasi-déserte, devant laquelle se désolait Alain, chauffeur de taxi: "Depuis ce matin, pas un client". Les Antilles françaises, autre destination phare de l'hiver, vivent elles "un véritable effondrement", se désole Patrick Vial-Collet, président de la CCI de Guadeloupe.


AFP



2 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain