Covid: les restrictions obligent le gouvernement à revoir ses prévisions de croissance


Les nouvelles mesures de restrictions prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19 conduisent le gouvernement à réviser ses prévisions de croissance, de dette et de déficit pour la France en 2021. Le gouvernement n'attend plus désormais qu'une croissance de 5% en 2021, au lieu des 6% espérés jusqu'à présent, a annoncé au Journal du Dimanche Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances.

Le nouveau rythme de croissance attendu à 5% reste "une ambition très élevée", notamment alors que le PIB français s'était contracté de 8,2% en 2020, mais "mécaniquement", la révision de cette prévision "a un impact sur le déficit et sur la dette". Avant d'engager un éventuel nouveau plan de relance, M. Le Maire veut "continuer à décaisser rapidement les 100 milliards d'euros" du programme annoncé en septembre, dont il veut dépenser la moitié d'ici la fin 2021. Le ministre de l'Économie en a profité pour fustiger à nouveau la lenteur de certains pays pour ratifier le fonds de relance européen de 750 milliards d'euros. Il a répété qu'il faudrait rembourser la dette après la crise, ce qui sera selon lui possible grâce à "une croissance forte, une meilleure maîtrise des dépenses publiques de fonctionnement et la poursuite des réformes structurelles -à commencer par celle des retraites". L'économie française devrait "rebondir plus vite et plus fort lorsque les restrictions sanitaires seront levées", a prédit le ministre, rappelant qu'elle avait gagné 18% au troisième trimestre 2020. Le coût total des aides est estimé à 11 milliards d'euros en avril, a rappelé Bruno Le Maire au JDD, ajoutant que "la promesse présidentielle du quoi qu'il en coûte sera tenue". Cette politique de soutien sera poursuivie "tant que la crise sanitaire durera", a-t-il souligné. La fin des aides publiques sera progressive, a-t-il promis dimanche 4 avril.


Reuters/AFP



0 views