Débat : Le zoo ne doit-il pas dénaturer ce qu’il veut montrer pour pouvoir le montrer ?


Le zoo provoque aujourd’hui le malaise. Il semble que la société, à l’instar des mouvements anti-spécistes, voit moins un théâtre qui met en avant l’animalité sauvage que la prison qui la détruit. Il y a en effet un problème dans le zoo : la fin qu’on cherche à atteindre, qui est de contempler l’animal sauvage, ne peut être rejointe qu’au prix de la dénaturation de ce dernier.


Le zoo est un dispositif artificiel qui met en scène la présence animale. Il est un lieu pédagogique qui présente la diversité d’une unité : la vie sensible et mobile. Le zoo est le royaume de l’animal. Cependant cette instruction prend une forme de divertissement car l’on expose la nature, non pas dans la nature, mais en ville. De plus, le zoo cherche à prouver que l’homme est le roi des animaux de par sa maîtrise de la technique. Le point commun de tous les animaux est la cage, symbole et de la puissance humaine mais aussi de la juste distance qu’il faut savoir respecter entre l’homme et l’animal.


D’autre part, le zoo est un dispositif cruel qui témoigne seulement de l’orgueil humain, un simulacre de nature qui détruit la nature. En effet, on peut soupçonner le zoo d’être un artifice qui chercherait à démontrer qu’il y a une différence de nature entre l’homme et l’animal, laquelle serait d’après Montaigne qu’une conséquence culturelle et non naturelle. Dans La libération animale, Peter Singer souligne que le zoo est la preuve d’un appétit de domination injuste à travers lequel l’animal cesse d’être considéré comme un être vivant pour être finalement objetisé. Aussi, le zoo détruit l’animalité qu’il tend à montrer car en « prenant soin » de l’animal, il l’empêche d’accomplir sa nature et le prive du danger consubstantiel à sa vie.


Toutefois, si la cage va à l’encontre de la nature même des animaux, l’homme n’est-il pas le seul animal qui paradoxalement se complaît à vivre dans une cage virtuelle ?

27 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain