Décès de deux militaires français en opération au Mali


L’Elysée annoncé samedi 2 janvier au soir la mort de deux soldats français en opération au Mali, qui survient cinq jours après le décès de trois militaires français dans ce même pays d’Afrique de l’Ouest. Yvonne Huynh, âgée de 33 ans et mère d'un jeune garçon, est la première femme de l'armée française tuée au Sahel depuis l'intervention Serval en 2013. Loïc Risser avait 24 ans. Selon le ministère des Armées, “leur véhicule blindé léger (VBL) a explosé au contact d’un engin explosif improvisé” dans la région de Ménaka. Un troisième militaire a été blessé dans la même attaque, mais ses jours ne sont pas en danger, précise l’Elysée. Lundi 28 décembre, trois soldats français de la force Barkhane avaient été tués au Mali dans des conditions similaires, une attaque revendiquée par la branche d’Al Qaïda au Sahel. De son côté, la force Barkhane, qui s'étend sur cinq pays du Sahel, à l’effectif de 5.100 soldats en 2020, a revendiqué la "neutralisation" de dizaines de jihadistes ces dernières semaines, au côté de la force du G5 Sahel. Les deux décès de samedi portent à 50 le nombre de militaires morts au Sahel depuis 2013 dans le cadre des opérations “Serval” puis “Barkhane”. Ces attaques mortelles surviennent alors que la France envisage une réduction des effectifs de la force Barkhane et se dit ouverte à des négociations avec des groupes sahéliens, à l'exception des directions d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique.


Reuters/AFP



7 views