En Bolivie, Arce investi nouveau président, à l'ombre de Morales


Luis Arce est officiellement investi dimanche 8 novembre nouveau président de la Bolivie, au moment où son mentor, l'ancien chef de l'Etat Evo Morales, s'apprête à rentrer dans le pays andin.


Luis Arce, économiste de 57 ans, élu largement dès le premier tour le 18 octobre avec 55% des voix, aura la rude tâche de réconcilier un pays polarisé par la crise post-électorale qui a secoué le pays pendant un an, et de remettre sur les rails une économie fortement fragilisée par la pandémie de coronavirus. Outre la polarisation politique, les tensions entre régions andines et riches plaines agricoles, entre villes et campagnes, ainsi que le manque d'indépendance de la justice minent le pays de 11 millions d'habitants.


La Bolivie traverse une grave crise politique depuis la présidentielle d'octobre 2019 et la confusion qui a entouré les résultats donnant vainqueur le président en exercice, Evo Morales, qui briguait un quatrième mandat. L'opposition avait crié à la fraude, les rues avaient été prises d'assaut et l'armée avait finalement lâché Evo Morales, qui s'était réfugié au Mexique puis en Argentine. Un gouvernement intérimaire avait été mis en place jusqu'à l'organisation d'un nouveau scrutin.


Luis Arce est considéré comme l'architecte du "miracle économique bolivien" sous la présidence Morales qui a vu le PIB atteindre des chiffres record de croissance, jusqu'à 6%, et la pauvreté chuter de 60% à 37%. Mais la situation n'est plus la même, notamment en raison des conséquences de la pandémie. Le nouveau président va devoir également faire avec la figure encombrante de son mentor, à la tête du pays pendant 13 ans (2006-2019) et qui a confirmé qu'il rentrerait en Bolivie dès le lundi 9 novembre. Le retour d'Evo Morales risque bien d'être "un casse-tête pour le nouveau gouvernement" estime Mme Ximena Costa, politologue, qui n'exclut pas que son retour "affaiblisse les nouveaux dirigeants et les fassent apparaître comme des marionnettes".


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain