En Bretagne, la Côte de Granit Rose vise l'Unesco


D'impressionnants chaos rocheux aux formes bizarres en bord de mer, vieux de plus de 300 millions d'années: des passionnés se sont donné comme objectif de faire inscrire la Côte de Granit Rose, près de Lannion (Côtes-d'Armor), comme site naturel au patrimoine mondial de l'Unesco. Le phare de Ploumanac'h, de couleur rose comme tous les blocs de pierre sur lesquels il est juché, est l'une des figures emblématiques de cette côte où se succèdent des rochers dotés pour certains de petits noms en raison de leurs formes évocatrices: "chaise du curé", “chapeau de Napoléon" ou encore "bouteille renversée". Soumis à l'érosion naturelle par une mer puissante, des vents souvent forts et les pluies, ce site fragile doit aussi être protégé contre une urbanisation difficile à maîtriser, comme face à un flux touristique concentré sur une brève période de l'année, plaide Marielle Kerbaol Délimiter le périmètre du projet est aussi un enjeu. Le périmètre envisagé devrait au minimum être enchâssé entre deux fleuves côtiers, le Léguer à l'ouest et le Trieux à l'est. Il engloberait notamment l'archipel des Sept îles, réserve naturelle nationale où se niche la plus importante colonie d'oiseaux marins de France. Il s'agit aussi d'y intégrer l'arrière-pays et l'histoire des activités humaines. Erven Léon, maire (DVD) de Perros-Guirec mesure aussi la charge, notamment financière, pour constituer un tel dossier qui nécessitera progressivement l'implication active des collectivités. Consciente des aléas à venir comme des décisions "géopolitiques" de l'Unesco, Marielle Kerbaol est confiante: "Il faudra trouver le bon moment. Mais pour l'instant, on se met au travail!".


Reuters/AFP



3 views