En Savoie, leçon de citoyenneté pour les auteurs d'infractions environnementales


Eduquer plutôt que sanctionner: en Savoie, le parquet de Chambéry a lancé il y a un an, au bord du lac d'Aiguebelette, des stages de citoyenneté environnementale pour les auteurs d'infractions commises dans des milieux naturels. Dix hommes et deux femmes, d'âges et d’origines sociales divers, se sont retrouvés en cette fin de semaine à la Maison du lac, à Nances, dans l'Avant-pays savoyard. Ils sont là pour avoir jeté des déchets là où il ne fallait pas, coupé du bois sur des parcelles appartenant à d'autres, croisé un cochon avec un sanglier pour une hybridation sans déclaration, traversé une réserve naturelle en buggy, ou pêché dans une réserve. Ce stage se veut théorique et pratique, facilitant les échanges entre stagiaires et intervenants. A l'origine de ces stages, la magistrate Mélanie Callec, vice-procureure au tribunal judiciaire de Chambéry chargée du contentieux de l'environnement. Elle a lancé un travail commun avec les Maisons de la justice et du droit de Savoie et leur coordonnateur Pierre Raymond sur le principe des alternatives aux poursuites créées à la fin des années 90. L'idée était de trouver une réponse à certaines infractions qui ne méritent pas la tenue d'audiences et dont leurs auteurs sont le plus souvent des primo-délinquants. Seules quelques rares juridictions ont adopté ces stages en France. L'organisation de la justice dans les grandes lignes, celle de la police de l'environnement, quelques règles sur la protection de la faune et de la flore : impossible d'être exhaustif en une seule journée pour les intervenants, il s'agit surtout d'aiguiser l'attention des stagiaires sur des points clés.


Reuters/AFP


2 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain