Ethiopie: chaque camp revendique des succès militaires au Tigré


Le gouvernement éthiopien et les autorités régionales du Tigré ont revendiqué mercredi, chacun de leur côté, d'importantes victoires militaires dans le conflit qui les oppose depuis deux semaines, entré selon Addis Abeba dans sa phase finale.


Le 4 novembre, le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a envoyé l'armée fédérale à l'assaut de cette région dissidente du nord de l'Ethiopie après des mois de tensions avec les autorités régionales du Front de libération des Peuples du Tigré (TPLF). La réalité de la situation sur le terrain est difficile à évaluer en raison d'un blackout sur les communications dans la région et des restrictions imposées aux déplacements des journalistes.


Mardi 18 novembre soir, le gouvernement éthiopien affirmait contrôler plusieurs villes de l'Est du Tigré. Le gouvernement a indiqué mardi soir avoir pris Shire, une localité du Nord abritant des camps de réfugiés érythréens, et avancer vers Aksoum, haut lieu de la religion éthiopienne orthodoxe. De leur côté, les forces tigréennes ont également revendiqué des victoires militaires, sans donner de précisions géographiques.


L'ONU s'est alarmée mardi de la crise humanitaire à grande échelle qui se développe à la frontière entre les deux pays, traversée chaque jour selon elle par 4.000 personnes. La communauté internationale s'inquiète également des conséquences sur la stabilité de la Corne de l'Afrique de ce conflit qui menace de s'étendre à travers l'Ethiopie et au-delà.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain