France/Conflans: 51 Associations dans le collimateur de l’état, dit Darmanin


Des opérations de police sont en cours contre des dizaines d’individus qui ont exprimé leur soutien à l’assassin de Samuel Paty, le professeur décapité le vendredi 16 octobre 2020 près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine, au nord-ouest de Paris, et une cinquantaine d’associations sont dans le collimateur de l’Etat, a annoncé le lundi 19 octobre 2020 le ministre de l’Intérieur. Gérald Darmanin a souhaité la dissolution de plusieurs d’entre elles, citant le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et l’organisation Barakacity. Plus de 80 enquêtes pour la haine en ligne de ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont expliqué que ce professeur l’avait bien cherché, ont été ouvertes. Jamais un gouvernement n’avait mobilisé autant de moyens pour lutter contre cet islamisme rampant, celui des réseaux sociaux. Depuis le matin du lundi 19 octobre 2020 , des opérations de police ont lieu et auront lieu dans les jours qui viennent. Une cinquantaine de structures associatives, 51 exactement, verront toute la semaine un certain nombre de visite des services de l’Etat et plusieurs d’entre elles se verront dissoudre en conseil des ministres. L’assassin présumé de Samuel Paty est un réfugié russe d’origine tchétchène âgé de 18 ans. Il a été tué peu de temps après l’agression par des policiers. Onze personnes ont été placées en garde à vue. Parmi elles figurent des membres de sa famille et de son entourage, mais aussi le père de l’élève évoqué par Gérald Darmanin, qui a accusé sur les réseaux sociaux Samuel Paty d’avoir “insulté” l’islam et son prophète. Gérald Darmanin a accusé le parent d’élève ainsi que le militant islamiste Abdelhakim Sefraoui d’avoir “manifestement lancé une fatwa” contre l’enseignant.



Reuters/AFP


6 views