"Gueule de bois" des agriculteurs français devant un gel "historique"


Le gel qui a couvert une large partie de la France cette semaine s'annonce comme l'un des pires des dernières décennies. “C'est une crise historique, parce que la dernière que l'on a connue, c'est 1991, et on est allé plus bas hier (jeudi) en température", a déclaré à l'AFP André Bernard, vice-président des chambres d'agriculture. Les professionnels ne sont pas encore en mesure de chiffrer les pertes, mais elles seront d'autant plus importantes que la floraison, stoppée net par le gel, était bien entamée. Résultat: "gueule de bois" générale, selon les mots de Sébastien Prouteau, président du syndicat FNSEA en Indre-et-Loire. Vignes, pommiers, pruniers, arbres à kiwi... Dans certaines régions, des agriculteurs disent avoir tout perdu après des températures qui sont descendues cette semaine à -5 ou -6 degrés. D'autres tentent encore d'évaluer l'ampleur des dégâts, d'autant qu'une nouvelle chute du thermomètre est anticipée en début de semaine prochaine. Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie s'est rendu dans l'après-midi dans ce département pour apporter son soutien à la filière viticole, avant un déplacement samedi dans la vallée du Rhône. Sur place, il a évoqué un "événement climatique exceptionnel", qui a touché 10 régions sur 13, et assuré que "la pression dans le tube" serait maximale pour que l'aide arrive rapidement, évoquant une réunion lundi à ce sujet. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, qui a débloqué 15 millions d'euros en urgence au profit des agriculteurs locaux, juge que les aides habituelles en cas de calamités agricoles ne sont pas à la hauteur des pertes.


AFP/Reuters


1 view