Hong Kong : le journal critique de Pékin Apple Daily va cesser de paraître


Le quotidien de Hong Kong critique du pouvoir chinois Apple Daily a annoncé que son dernier numéro paraîtrait jeudi, à la suite de pressions croissantes des autorités qui se retranchent derrière une loi sur la sécurité nationale promulguée par Pékin il y a un an. L'annonce mercredi de la fermeture de l'Apple Daily est le dernier coup en date porté aux libertés dont jouissait l'ancienne colonie britannique. A terme, cela pourrait conduire certains médias internationaux à y remettre en cause leur présence. Elle intervient après que cette loi drastique destinée à éradiquer toute dissidence à Hong Kong a été imposée en juin 2020.


Les journalistes d'Apple Daily ont quant à eux fait part de leur intention d'en imprimer un million d'exemplaires au cours de la nuit, une quantité considérable compte tenu du fait que la population de Hong Kong s'élève à 7,5 millions d'habitants. Une vaste opération avait été menée le 17 juin contre ce quotidien que les autorités entendaient depuis longtemps réduire au silence. Plus de 500 policiers avaient débarqué dans la salle de rédaction pour procéder à une perquisition. Ils avaient arrêté cinq de ses dirigeants en raison d'une série d'articles qui, selon la police, appelaient à des sanctions internationales contre la Chine.


Mercredi, le principal éditorialiste du journal, qui signait ses papiers sous le nom de Li Ping, a été arrêté, également pour collusion avec des puissances étrangères. Jimmy Lai s'est vu infliger plusieurs peines de prison pour son implication dans des manifestations en 2019 en faveur de la démocratie. Il a lui aussi été inculpé en vertu de la loi sur la sécurité nationale. C'est la première fois que des opinions politiques publiées par un organe de presse de Hong Kong entraînent des poursuites en vertu de cette législation controversée. Son entrée en vigueur a cependant d'ores et déjà radicalement changé le paysage politico-judiciaire.


Le premier procès d'une personne poursuivie pour l'avoir enfreinte s'est ouvert mercredi sans jury, ce qui marque un tournant pour le système judiciaire de ce territoire.


AFP