Il y a 40 ans, Mitterrand devenait le premier président socialiste de la Ve République


Il y a 40 ans, le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu avec près de 52% des voix face au sortant Valéry Giscard d'Estaing, qui aura cru jusqu'au bout à sa réélection. Mitterrand offre ainsi à la gauche la première alternance de l'histoire de la Ve République après vingt-trois ans de règne de la droite. Début 1981, quasiment personne ne croyait à la victoire de la gauche.


Sa victoire est, entre autres, le fruit de 10 ans d'une stratégie patiente : d'abord reconstituer un grand parti socialiste, en prendre la direction, marginaliser ses concurrents, dont Michel Rocard, puis faire alliance avec les communistes, qui pesaient 20% de l'électorat au début des années 1970. En 1972, PS et PCF signent le "programme commun de la gauche". Cinq ans plus tard, le PCF décide de le rompre. Il y aura quand même quatre ministres communistes, entre 1981 et 1984. Paradoxalement, c'est à la fois l'union puis la désunion de la gauche qui a permis la victoire de 1981. Selon l'historien Michel Winock, "l'union a été le tremplin de la victoire, mais la rupture avec les communistes a rassuré les centristes", frange de l'électorat indispensable à toute victoire de la gauche.


Élu pour la première fois en 1946 dans la Nièvre, Mitterrand sera 11 fois ministre sous la IVème République, évoluant vers des positions de centre gauche. Mais s'il est partisan d'une décolonisation progressive (Indochine, Tunisie...), il se montre "impitoyable", selon Michel Winock, pendant la guerre d'Algérie. Lorsqu’il était ministre de la Justice entre février 1956 et mai 1957, 45 militants de la cause algérienne sont guillotinés. C'est pourtant lui qui fera abolir la peine de mort quand il arriva au pouvoir.


Réélu en 1988, François Mitterrand restera 14 ans au pouvoir (dont quatre de cohabitation avec la droite). C'est un record, puisque le seul président, Jacques Chirac, à avoir lui aussi accompli deux mandats, y restera 12 ans, après un septennat et un quinquennat.


Reuters/AFP

2 views