Israel Galvan, retour aux sources du flamenco


Il a dansé avec des machines, des chats, a créé des pièces inspirées de Kafka ou sur le génocide des gitans. Dans son dernier spectacle, Israel Galvan renoue avec les racines du flamenco, en faisant rejaillir une nouvelle modernité. Avec un complice: le chanteur et musicien Nino de Elche, considéré comme l'enfant terrible du nouveau flamenco en raison de ses emprunts à l'électro et au rock, et avec qui il a déjà collaboré dans "Fiesta" en 2017. Le spectacle, présenté en première française lors de "La Semaine d'art" à Avignon, privé cet été de son festival, s'appelle à juste titre "Mellizo doble" (jumeau double), tellement les similarités entre les deux artistes sont frappantes: des virtuoses qui repoussent les limites de leur art. Tous les deux, Galvan avant et aujourd'hui de Elche, ont subi les foudres des puristes. Dans ce spectacle sans décors ni costumes, ils retournent aux sources mêmes du flamenco, lorsqu'il était chanté "a palo seco" (a cappella), sans accompagnement musical. Un style épuré qui reste décalé, avec des mouvements, une rythmique, qui dépassent les frontières du flamenco classique. "Le flamenco d'avant se connecte avec la modernité de la musique d'aujourd'hui, comme l'électro", explique-t-il, ajoutant qu'il ne s'agit nullement d'une "provocation". Il dit ne pas avoir d'a priori: "parfois, une idée sort d'un dessin animé ou d'une mauvaise chanson, je suis très ouvert car c'est le seul moyen de faire des choses nouvelles". Regrette-t-il d'être davantage reconnu à l'étranger que dans son propre pays? "Je pense que le monde du flamenco m'a accepté", sourit l'artiste qui a dansé sur la célèbre Plaza de toros pour la Biennale de flamenco de Séville en 2018. Ce qu'il regrette en revanche, c'est qu'il n'y ait pas en Espagne autant de scènes et autant de gens qui aillent au théâtre qu'en France.


Reuters/AFP


5 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain