Jérusalem: la justice israélienne reporte une audience clé


La justice israélienne a annoncé dimanche le report d'une audience clé, prévue lundi, sur le sort de familles palestiniennes menacées d'éviction par des colons israéliens à Jérusalem-Est, un dossier au cœur de manifestations ayant fait plus de 300 blessés ces derniers jours. Vendredi soir, plus de 220 personnes, majoritairement des Palestiniens, ont été blessés lors de heurts avec des policiers israéliens sur l'esplanade des Mosquées - troisième lieu saint de l'islam et le site le plus sacré pour les juifs - dans les accrochages les plus violents 2017 à Jérusalem. Et samedi soir, de nouveaux heurts ont eu lieu à Jérusalem-Est mais dans les secteurs de la porte de Damas, Bab al-Zahra et Cheikh Jarrah faisant une centaine de blessés tandis que la police israélienne a rapporté 17 policiers blessés et neuf arrestations. Au total, 29 mineurs palestiniens ont été blessés ce week-end. Dans le quartier de Cheikh Jarrah, théâtre de protestations quotidiennes depuis plusieurs jours contre la possible éviction de familles palestiniennes au profit de colons israéliens, des Palestiniens ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre israéliennes qui ont fait usage de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes. Les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan - quatre pays arabes ayant normalisé leurs relations avec Israël ces derniers mois - ont fait état de leur "profonde inquiétude" appelant Israël au calme. Idem pour le quartette sur le Proche-Orient (USA, Russie, ONU, UE) qui a appelé Israël à faire preuve de "retenue". Lors d'un message dominical après la prière, le pape François a appelé dimanche à la fin des violences à Jérusalem. Le Hamas, mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza, a appelé les Palestiniens à rester sur l'esplanade des Mosquées et menacé Israël d'attaques si la Cour suprême validait les évictions de Cheikh Jarrah.


AFP