Japon: les enfants du tsunami de 2011 marqués à jamais


Yuto Naganuma, 26 ans, regarde en silence des ruines balayées par un vent glacial: celles de l'école primaire où son petit frère a perdu la vie lors du tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon. Dix ans après, Yuto et d'autres jeunes comme lui forment une génération hantée par la triple catastrophe ayant fait 18.500 morts et disparus: un puissant séisme qui a déclenché un tsunami dévastateur et le pire accident nucléaire au monde depuis Tchernobyl en 1986. Yuto, qui n'avait pourtant que 16 ans à l'époque, s'en veut de n'avoir pas pu empêcher cette tragédie. Deux jours avant le séisme de magnitude 9, il avait ressenti une forte secousse sur une plage locale, qu'il a considérée a posteriori comme un avertissement ignoré. Alors que la couverture médiatique japonaise à l'époque mettait l'accent sur la discipline des évacués et la solidarité nationale, Nayuta dit avoir vu des adultes tricher dans la queue pour de la nourriture en écartant les plus jeunes.. Dans les années suivantes, Yuto s'est efforcé de mener une vie normale, s'inscrivant d'abord à l'université dans un autre département du nord du Japon afin de devenir enseignant. Mais, tourmenté par la culpabilité du survivant, il a finalement décidé de retourner à Miyagi pour étudier la gestion des catastrophes naturelles. Il organise désormais des visites sur le site de l'école Okawa ravagée, pour méditer sur les leçons de ce drame, et donne des conférences sur la préparation aux désastres. Nayuta témoigne aussi dans tout le Japon pour préserver la mémoire de la catastrophe, qui s'efface selon lui. Les adultes de l'époque sont souvent réticents à évoquer ce terrible passé, estime-t-il, tandis que les plus jeunes, comme sa petite sœur, ne se souviennent que de sensations fragmentées de peur.


AFP/Reuters



5 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain