Karabakh: la moitié de la population déplacée, réunion de médiation jeudi


La moitié de la population du Nagorny Karabakh a été déplacée par les hostilités entre ce territoire séparatiste peuplé d'Arméniens et l'Azerbaïdjan, ont indiqué les autorités mercredi, à la veille d'une première réunion de médiation internationale annoncée à Genève. "C'est une immense tragédie", a jugé le président russe Vladimir Poutine. "Nous appelons, j'insiste là-dessus, à un cessez-le-feu. Et c'est au plus vite qu'il faut le faire", a dit M. Poutine. La diplomatie azerbaïdjanaise a annoncé que son chef Ceyhun Bayramov se rendrait jeudi à Genève pour une réunion avec les co-présidents du Groupe de Minsk de l'OSCE (Russie, France, Etats-Unis) le médiateur international sur le conflit. L'Arménie a elle exclu toute rencontre des ministres azerbaïdjanais et arménien à Genève, sans préciser si son ministre des Affaires étrangères, Zograb Mnatsakanian, s'y rendrait pour une rencontre séparée avec les co-présidents du groupe de Minsk. Au 11e jour des combats, c'est la moitié de la population du Nagorny Karabakh qui a été déplacée, dont 90% des femmes et des enfants, soit 70.000 à 75.000 des quelque 140.000 habitants. Les autorités indépendantistes accusent l'Azerbaïdjan de pilonner aveuglement Stepanakert, leur capitale, forçant la majorité des quelque 50.000 habitants à partir et les autres à se terrer dans des caves.