L’émotion prédomine-t-elle la raison ?


Wilde écrivait : « L’émotion nous égare, c’est son principal mérite ». À ceci, certaines personnes répondent que l’émotion est une version affaiblie de la raison et que seul notre esprit rationnel guide notre réflexion et nos actions. À la lumière de ces observations, il est possible de se poser la question suivante : l’émotion prédomine-t-elle la raison ?


Les défenseurs d’une prédominance de la raison sur l’émotion se disent davantage pragmatiques et réalistes que ceux mettant en avant l’argument de l’émotion pour expliquer leur psyché, leurs réactions et actions. Ceux croyant à la prédominance de la raison sur le mode de vie et l’action, mettent en avant que la vie est rationnelle et raisonnée et que l’esprit agit comme un guide, et ce, en faisant des calculs constants de coûts et de bénéfices pour évaluer la valeur et l’efficacité de leur raisonnement et de leurs actions. Cette vision est perçue comme plus éclairée et juste. Comme disait Amiel : « La raison et la volonté sont les deux déesses de la vie pratique ».


Au contraire, d’autres pourraient mettre en avant que l’émotion joue un rôle certes irrationnel, mais prédominant sur nos actions et pensées. Il arrive parfois d'être si happé par une émotion qu’on dit “en perdre la raison”. Il arrive de ne pas pouvoir exprimer en mots un ressenti ou une vague d’émotions, la rendant inexplicable, d’où la prédominance de l’émotion sur la raison. Comme disait Victor Hugo : « Les mots manquent aux émotions ».


L’émotion est-elle le résultat de la pensée ou bien le contraire ? Le dilemme entre l’émotion et la raison persiste dans le sens que l’une peut prédominer l’autre dans des contextes différents et relatifs, mais non dans l’absolu. Pétrarque disait : « La raison parle et le sentiment mord ». Parfois, il est difficile de savoir lequel des deux nous fait le plus mal…


Auteure : Marie Tougne


77 views