L'expulsion du complotiste français Rémy Daillet s'enlise à Singapour


Le Français Rémy Daillet, soupçonné d'être mêlé à l'enlèvement de la petite Mia, et sa famille, expulsés dimanche de Malaisie en direction de la France, n'ont pas embarqué pour Paris après une escale à Singapour où la compagne du complotiste a été hospitalisée. Rémy Daillet et sa famille ont été arrêtés fin mai sur l'île touristique malaisienne de Langkawi où ils résidaient. Leurs visas ayant expiré, la Malaisie a procédé à leur expulsion. Rémy Daillet fait par ailleurs l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par un juge d'instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy. Il est soupçonné, selon M. Pérain, d'être l'"animateur" présumé de la "mouvance" anti-système des ravisseurs de la petite Mia, enlevée mi-avril dans les Vosges et retrouvée quelques jours plus tard en Suisse.

La fillette, âgée de 8 ans, résidait chez sa grand-mère quand elle avait été enlevée par plusieurs hommes issus de cette mouvance, à la demande de la mère de l'enfant. Celle-ci n'avait alors plus le droit de voir sa fille seule, ni de lui parler au téléphone. Dans une vidéo mise en ligne après l'enlèvement de la fillette, Rémy Daillet avait tenté de se justifier. Sans évoquer nommément Mia, il réfutait le terme d'enlèvement.

Dans d'autres vidéos plus anciennes, il soutenait l'idée d'un coup d'Etat populaire et se disait opposé aux impôts, aux vaccins, aux masques ou à la 5G. Il prônait par ailleurs l'éducation des enfants par leurs parents à la maison.


En quelques années, cet ancien membre du Modem, parti dont il avait été exclu en 2010, était ainsi devenu une figure du mouvement complotiste. Dans l'affaire Mia, neuf personnes au total, dont la mère de la fillette, ont déjà été mises en examen et huit d'entre elles ont été placées en détention provisoire.


AFP

3 views