L'OMS alerte six pays africains après des flambées d'Ebola


Mardi 16 février 2021, l'Organisation mondiale de la santé a demandé à six pays africains d'être attentifs à d'éventuelles infections à Ebola, la Guinée ayant signalé de nouveaux cas. La République démocratique du Congo a déclaré que ses nouvelles infections étaient non pas liés à une nouvelle variante d'Ebola, mais à une résurgence de sa dixième épidémie, la deuxième plus importante jamais enregistrée qui a causé plus de 2200 décès en 2018-2020.


Les autorités sanitaires se sont précipitées pour répondre aux cas en Guinée pour éviter une répétition de la dernière épidémie en Afrique de l'Ouest, qui a tué plus de 11300 personnes, principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria. La Guinée a jusqu’à présent enregistré jusqu'à 10 cas suspects d'Ebola et 5 décès, et identifié 115 contacts des cas connus dans la ville du sud-est de Nzerekore et 10 dans la capitale Conakry.


Le séquençage génétique d'échantillons d'Ebola du Congo et de la Guinée est en cours pour en savoir plus sur les origines des flambées et identifier les souches, selon l'OMS. Depuis l'épidémie dévastatrice en Afrique de l'Ouest, le développement de vaccins et de traitements a considérablement amélioré les taux de survie et les efforts d'endiguement. Une nouvelle propagation de la maladie pourrait paralyser les systèmes de santé sous-financés des régions qui luttent également contre la pandémie de coronavirus. Contrairement au COVID-19, le virus Ebola a un taux de mortalité beaucoup plus élevé et n’est pas transmis par des porteurs asymptomatiques. Il peut provoquer des saignements graves et une défaillance des organes et se propage par contact avec des fluides corporels.


Reuters/AFP


Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain