L1: la Ligue et Mediapro s'opposent sur les droits TV, les clubs sur un fil


Le groupe sino-espagnol Mediapro, principal diffuseur du foot français, fait trembler l'écosystème de la Ligue 1 en demandant à renégocier les juteux droits TV, ressource majeure des clubs aux comptes fragilisés par la pandémie. La Ligue de football professionnel (LFP) est montée au créneau jeudi 8 octobre, en annonçant qu'elle "refusait d'accorder un délai de paiement à Mediapro" pour le versement dû au 5 octobre, indiquant souhaiter reverser cette manne (172 M EUR selon L'Equipe) aux clubs le 17 octobre, comme prévu.


Cette prise de position fait suite aux propos de Jaume Roures, le patron de Mediapro, ayant indiqué dans le quotidien sportif vouloir "rediscuter le contrat de cette saison", qu'il juge "très affectée par le Covid-19". L'annonce tombe à un moment critique, la pandémie ayant déjà mis à mal les finances des clubs d'autant plus que la Ligue s'est déjà endettée au printemps avec un prêt garanti par l'Etat de 224,5 M EUR, compensant le manque à gagner en droits TV de l'arrêt prématuré du Championnat.


Fin juillet, une étude du cabinet EY commandée par le syndicat de clubs Première Ligue tablait déjà sur 605 millions d'euros de pertes en chiffre d'affaires dues à l'arrêt du championnat. C'était sans compter l'assèchement des recettes de billetterie provoqué par la jauge maximale de 5.000 spectateurs - 1.000 dans les zones les plus touchées- actuellement en place.


Nouveau venu dans le paysage français, Mediapro avait décroché en 2018 le gros des droits de la L1 et de la L2 pour la période 2020-2024, pour plus de 800 millions d'euros par an, damant le pion au partenaire historique Canal+, au Qatari beIN et au groupe Altice (RMC Sport). Mais à peine plus d'un mois après son lancement, Mediapro laisse à sa merci les clubs, qui tirent plus d'un tiers de leurs recettes des droits TV (36% pour la Ligue 1 en 2018-2019 selon la DNCG).


Reuters/AFP

9 views