"La fête est finie": début du couvre-feu pour 20 millions de Français


"Chacun chez soi de 21h00 à 6h00": quelque 20 millions de Français se préparent à vivre samedi 17 octobre leur première soirée sous couvre-feu, mesure prise par le gouvernement pour enrayer l'épidémie de coronavirus qui rebondit fortement, avec le risque de saturer les hôpitaux. Ce confinement nocturne frappe les habitants d'Île-de-France et des métropoles de Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble. Sont exemptées les personnes qui rentrent du travail ou d'un lieu d'études ou s'y rendent, font valoir un impératif de santé, doivent rendre visite à un proche en situation de dépendance, garder des enfants, répondre à une convocation judiciaire ou administrative ou promener leur animal de compagnie dans un rayon d'un kilomètre. Sur le chemin ou à la sortie des gares et aéroports, les billets d'avion et de train feront foi. Une mesure qui fragilise une nouvelle fois les restaurateurs, déjà soumis à rude épreuve avec le confinement, et pour qui la deuxième partie de la soirée représente une importante partie de leur chiffre d'affaires. Le monde de la culture est lui aussi sous le choc après le veto du Premier ministre de procéder à un assouplissement du couvre-feu pour ce secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire. Comme pendant le confinement, les personnes sortant pendant le couvre-feu devront se munir d'attestations de déplacements. Tout contrevenant s'exposera à une amende de 135 euros puis, en cas de double récidive, à six mois de prison et 3.750 euros d'amende. Quelque 12.000 policiers et gendarmes, auxquels s'ajoutent les équipes de police municipale, doivent être déployés pour faire respecter ces règles. Les policiers ont toutefois été invités à faire preuve de "pédagogie", en évaluant "la bonne ou la mauvaise foi" des personnes contrôlées, a expliqué à l'AFP une source policière.


Reuters/AFP

1 view