La justice britannique rejette la demande de libération d'Assange


La demande de libération sous caution de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a été rejetée mercredi par la justice britannique qui s’était prononcée deux jours plus tôt contre son extradition aux Etats-Unis. Le fondateur australien de Wikileaks est recherché pour espionnage et conspiration pour avoir divulgué, via son site en 2010, des centaines de milliers de documents confidentiels américains, dont des rapports militaires sur l’Afghanistan et l’Irak ainsi que des notes diplomatiques. Malgré le contrôle judiciaire dont il faisait l’objet, Julian Assange a trouvé refuge à l’ambassade d’Equateur à Londres en 2012 pour échapper à son extradition en Suède, où il était alors recherché pour viol, un dossier classé depuis. La fiancée d’Assange a déclaré que le refus du juge de lui accorder une libération sous caution était une énorme déception et a exhorté les États-Unis à le gracier. WikiLeaks a déclaré qu’il ferait appel de cette décision. Une avocate représentant les Etats-Unis à l’audience, a déclaré qu’Assange avait fait des efforts pour éviter l’extradition et qu’il pourrait essayer de quitter le Royaume-Uni pour fuir la justice. L’avocat d’Assange a exprimé ses doutes quant à la volonté du président élu américain, Joe Biden, de mener à son terme la procédure d’extradition d’Assange. Assange aurait vécu à une adresse londonienne avec une étiquette électronique s’il était libéré, a souligné l’avocat. Après avoir quitté l’ambassade d’Equateur, Assange a été emprisonné pour avoir enfreint les conditions de sa liberté conditionnelle et ses partisans ont perdu des cautions de 93.500 livres.


Reuters/AFP