La reproduction des élites est-elle un mal en soi ?


L'ouvrage « Les héritiers, les étudiants et la culture » est paru en 1964. Ses auteurs, Bourdieu et Passeron, sociologues français de renom, ont tenté de démontrer l'existence de sous-groupes sociétaux ayant une approche différente face à la culture. La reproduction sociale est alors un terme sujet à débat depuis fort longtemps. Fondé sur le système des grandes écoles, le modèle de reproduction sociale français peine à inciter à la mixité au sein du milieu élitiste (argument de la réforme de l'ENA lancée par Macron).


Or, on peut se demander si cette détestation que connaissent les hautes strates est justifiée. Certains points importants, comme le manque de renouvellement des représentants politiques par exemple, favorisent la « lutte des classes ». Pourtant, certains seraient amenés à dire que les compétences nécessaires pour conduire une nation peuvent être instruites uniquement dans un milieu enduit de culture générale, d'intérêt pour les questions sociales, caractères majeurs des familles néo-bourgeoises et d'écoles prestigieuses où la vie onéreuse est constitutive d'un frein pour les moins aisés.


Le modèle méritocratique, souvent prôné au nom de la justice sociale, est censé pallier aux manques de cette société élitiste. Pourtant, nombre de sociologues s'alignent pour prouver que son efficacité reste minimale, notamment en raison d'une base éducative inégalitaire dès la source. Des mesures cherchent tout de même à briser ces édifices clivants, à l'instar de la loi pour l’École de la confiance promulguée en 2019, qui revisite un des pans du fonctionnement scolaire en appuyant l'accompagnement des moins favorisés.


Le combat des classes prolétaires (cf. Marx) depuis la nuit des temps pour une égalité et une juste représentativité est alors compréhensible, notamment lorsqu'il est question des caciques déconnectés du reste du peuple.


33 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain