La tragédie des pensionnats pour autochtones au Canada ravivée par la découverte de nouvelles tombes


C'est une litanie macabre qui n'en finit plus de raviver les blessures au Canada: 182 nouvelles tombes anonymes ont été découvertes près d'un ancien pensionnat pour autochtones, a-t-on appris mercredi, faisant grimper à plus d'un millier le total de ces sépultures anonymes retrouvées. Le même jour, deux églises étaient par ailleurs incendiées, soit huit au total.


La semaine dernière, 751 tombes anonymes étaient détectées à Marieval, en Saskatchewan,, avant l'annonce par la communauté autochtone de Lower Kootenay de la découverte de ces 182 tombes près de l'ancien pensionnat St Eugene à Cranbrook, en Colombie-Britannique, province la plus à l'ouest du Canada.


La communauté indique dans son communiqué avoir mené des recherches en 2020 et localisé ces tombes à l'aide de géo-radars, près de cet ancien établissement géré entre 1912 et les années 1970 par l'Eglise catholique, au nom de l'Etat canadien.


Le Premier ministre canadien a de nouveau appelé le pape à se rendre au Canada "pour s'excuser directement auprès des peuples autochtones", au lendemain de l'annonce. "La destruction des lieux de culte n'est pas acceptable et doit cesser", a par ailleurs dénoncé M. Trudeau.Quelque 150.000 enfants amérindiens, métis et inuits, enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays, ont été coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture.


Nombre d'entre eux ont été soumis à des mauvais traitements ou à des abus sexuels, et plus de 4.000 y ont trouvé la mort, selon une commission d'enquête qui avait conclu à un véritable "génocide culturel" de la part du Canada.


Source: AFP