Le chef de l'AIEA débute ses pourparlers à Téhéran sur le nucléaire


Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a rencontré dimanche à Téhéran les responsables iraniens, le jour de l'expiration d'une échéance fixée par l'Iran pour la levée des sanctions américaines. Arrivé samedi soir dans la capitale iranienne, il a entamé ses discussions sur le dossier nucléaire avec le président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi. Il tiendra en soirée une conférence de presse à son retour à Vienne, siège de l'AIEA. Sa visite survient alors que le Parlement iranien a fixé à dimanche 21 février la date limite pour restreindre certaines inspections de l'AIEA, "gendarme" nucléaire de l'ONU, sur des installations non nucléaires, y compris des sites militaires suspects en Iran.


Après la politique de "pression maximale" de Donald Trump, l'Iran s'est affranchi progressivement à partir de 2019 de nombre de limites qu'il avait accepté d'imposer à son programme nucléaire en vertu de l'accord conclu en 2015 avec le groupe 5+1 (Etats Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Russie, Chine). <