Le clivage droite-gauche fait-il encore sens ?


Bien que le clivage droite-gauche se soit davantage ancré dans les années cinquante avec l'opposition entre les défenseurs de l’Église catholique et ceux prônant la laïcité républicaine ; ce dernier trouve réellement son origine dans la Révolution française en 1789. En effet, dans l’Assemblée constituante du 28 août 1789 les députés favorables au droit de veto du roi - appelés « les feuillants » - se plaçaient du côté droit de l’assemblée tandis que ceux qui prônaient un pouvoir plus limité - appelés les « jacobins » - siégeaient à gauche. C’est en 2017, lors des élections présidentielles que le spectre politique s’est trouvé bouleversé. Avec l’émergence d’un nouveau parti, La République en Marche (LREM), Emmanuel Macron se revendique d’un parti idéologiquement « de droite et de gauche ». De ce fait, le directeur du Bien-être du CEPREMAP Mathieu Perona et l’analyste politique Jérôme Sainte-Marie s’accordent à dire que le clivage droite-gauche a soudainement disparu avec l’arrivée de LREM au pouvoir. Par ailleurs, selon un sondage Ipsos Sopra Steria de juillet 2017, pour 71% des Français, « les notions de droite et de gauche sont dépassées : ce n’est plus comme cela que l’on peut juger les prises de positions ». Néanmoins, la tendance semble s’être inversée lors des dernières élections régionales et départementales de juin 2021. Ces dernières ont vu la réapparition de ce clivage et la défaite de LREM, celle-ci n’étant pas présente au second tour dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Corse et Occitanie ou réalisant un score de plus ou moins 10% dans les autres régions. De même, le Rassemblement National n’a pas su répondre aux attentes des enjeux locaux des régions et des cantons français. De ce fait, les résultats des élections se sont joués entre la gauche et le Parti Socialiste, et la droite et le parti Les Républicains.


Auteur: Célia C.

Rédacteur en chef: Styven Darondeau

7 views