Le Costa Rica transforme une lugubre île-prison en paradis touristique


Au Costa Rica, la lugubre île-prison de San Lucas a été transformée en paradis touristique doté d'un parc naturel et de plages sauvages. A quelques encablures de la côte du Golfe de Nicoya, sur la côte pacifique, l'île de San Lucas était jusqu'ici tristement célèbre pour sa prison où les détenus étaient soumis à des conditions inhumaines de détention, voire à des tortures, de 1873 jusqu'à sa fermeture en 1991. Cette année, en août, San Lucas s'est définitivement trouvé un nouveau destin, plus riant, avec son ouverture aux touristes, malgré les restrictions imposées par la crise sanitaire. Depuis l'année dernière, plusieurs organismes publics s'activaient à réhabiliter l'ancienne île-prison en traçant des sentiers de découverte de ses beautés naturelles et de sa faune, tandis que l'ancien pénitencier était aménagé pour l'ouvrir à la visite. Claudia Dobles, l'épouse du président Carlos Alvarado, qui a le titre officiel au Costa Rica de Première Dame, a été en première ligne pour l'aboutissement du projet de réhabilitation, doté d'un budget total de 2,4 millions de dollars. "San Lucas est un lieu spectaculaire, culturel, historique, architectural (avec) des plages, de la biodiversité... C'est le trésor le mieux gardé du Pacifique" costaricien, vante la Première Dame. En raison de leurs histoires similaires, le gouvernement costaricien projette de conclure un accord de jumelage avec l'île-prison d'Alcatraz, dont la silhouette sinistre se découpe dans la baie de San Francisco (Californie). L'île a reçu au mois d'août 920 visiteurs, pratiquement tous des Costariciens, en l'absence quasi totale d'étrangers pour cause de pandémie, selon la Chambre de tourisme du port de Puntarenas, d'où l'on embarque pour San Lucas.


Reuters/AFP

11 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain