Le gouvernement minimise le désordre autour d'un vote sur l'état d'urgence sanitaire


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a qualifié mercredi 4 novembre de “péripétie politique” le désordre qui a entouré, la veille au soir à l’Assemblée nationale, le vote de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire en France..


L’absence dans l’hémicycle d’un nombre suffisant de députés La République en marche a en effet conduit à prolonger cet état d’urgence jusqu’au 14 décembre seulement, contre l’avis du gouvernement qui demandait un rallongement jusqu’au 16 février 2021.Un amendement en ce sens signé Les Républicains a été adopté, puis un autre, émanant du groupe Libertés et territoires, prévoyant que le confinement en cours ne puisse être renouvelé au-delà du 30 novembre qu’après accord du Parlement. Là aussi, contre l’avis du gouvernement.


L’épisode a fait sortir de ses gonds le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui a fustigé les applaudissements de l’opposition ayant accueilli ces votes.


Reuters/AFP

2 views