Le ministre Walid Mouallem, un pilier du régime syrien, est décédé


Chef de la diplomatie syrienne depuis 14 ans, Walid Mouallem est décédé lundi 16 novembre 2020 à l'âge de 79 ans après avoir été un pilier du régime de Bachar al-Assad, conservant son portefeuille régalien durant la guerre et malgré plusieurs remaniements. Visé par des sanctions américaines et européennes après le début du conflit en Syrie en 2011, le diplomate au verbe lent n'a eu de cesse d'accuser les Occidentaux d'ourdir des "complots" contre son pays, pour expliquer une guerre complexe et dévastatrice ayant fait plus de 380.000 morts.


Sans préciser les causes du décès, le gouvernement a annoncé la mort du chef de la diplomatie. Le Premier ministre Hussein Arnous a salué le parcours d'un "diplomate chevronné" ayant "défendu sa patrie dans les arènes internationales et régionales". La dernière apparition publique du ministre, l’air affaibli, remonte au mercredi 11 novembre 2020, à l'occasion d'une conférence organisée à Damas sur le retour des millions de réfugiés ayant fui les combats.