Le port du masque est-il une nuisance pour notre identité ?


A l’ère de la pandémie mondiale, le port du masque rendu obligatoire a soulevé de nombreux débats. Le masque est notamment souvent décrié comme étant un élément qui empêche l’individu d’affirmer son identité propre ; il cache à moitié les visages ce qui les rend moins identifiables, les sourires sont dissimulés, et il a tendance à uniformiser les Hommes en ce qu’il devient un accessoire commun pour tous.

Le visage serait alors considéré comme primordial pour l’affirmation de l’identité. D’abord parce que chacun a son propre visage, mais aussi parce que l’Homme se révèle par son biais. C’est ce que soutient Lévinas dans Ethique et Infini.


Selon lui, c’est par le prisme du visage qu’autrui m’apparait, et il se dévoile d’autant plus grâce à ses expressions faciales. Le visage fait sens à lui seul puisqu’il peut trahir les pensées d’autrui (c’est le cas lorsqu’un individu rougit ou se mord les lèvres par exemple). On dit alors que le visage parle et qu’il est révélateur de ce qu’autrui pense vraiment. Le visage dévoile nos pensées, notre état ; en somme qui l’on est et le port du masque entraverait cela.