Le procès du policier accusé du meurtre de George Floyd entre dans le dur


Les débats de fond commencent lundi au procès du policier blanc accusé d'avoir tué l'Afro-Américain George Floyd, dont la mort a suscité une immense mobilisation antiraciste aux Etats-Unis, et au delà. Derek Chauvin, 45 ans dont 19 au service de la police de Minneapolis, est inculpé de meurtre et d'homicide involontaire. Le 25 mai, il était resté agenouillé pendant près de neuf minutes sur le cou du quadragénaire noir, plaqué au sol et menotté.

Les audiences ont pour l'instant été exclusivement consacrées à la sélection des jurés, une tâche qui s'est avérée particulièrement délicate compte-tenu de l'extrême médiatisation du dossier. Lundi à 09H00 (14H00 GMT), Derek Chauvin se retrouvera face à ce panel qui reflète la diversité de la population de Minneapolis, avec quatre jurés noirs - dont deux immigrés - et deux métisses. Pendant trois ou quatre semaines, ils entendront les arguments des deux parties, des témoins et des experts, avant de se retirer pour délibérer. Leur verdict est attendu fin avril ou début mai. Les douze jurés devront se prononcer à l'unanimité, sinon le procès sera considéré comme nul et non avenu. Ce scénario, ou un acquittement, pourraient déclencher de nouvelles émeutes à Minneapolis qui s'est déjà embrasée fin mai. Une condamnation serait à l'inverse interprétée comme le signe d'un changement des mentalités aux Etats-Unis où les très rares policiers traduits en justice ont généralement bénéficié de la clémence des jurés. Autre signe de changement: la mairie de Minneapolis a d'ores et déjà accepté de verser 27 millions de dollars de dédommagements à la famille de George Floyd pour mettre un terme à sa plainte au civil.


Reuters/AFP