Le Qatar se réconcilie avec ses rivaux après plus de trois ans de crise dans le Golfe


Les quatre pays arabes qui boycottaient le Qatar ont décidé mardi de rétablir des relations diplomatiques complètes avec Doha, mettant fin à un isolement de plus de 3 ans de ce pays du Golfe qui était accusé de défier ses voisins. L'Arabie saoudite et trois pays alliés (les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte) avaient rompu en juin 2017 leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir des groupes islamistes, de trop s'entendre avec leurs adversaires iranien et turc et de semer le trouble dans la région. Les Qataris, qui ont toujours démenti, se disaient victimes d'un blocus et d'une atteinte à leur souveraineté. Les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et l'Egypte ont signé une "déclaration d'Al-Ula" et un communiqué final du sommet en présence de Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain Donald Trump. Le sommet avait démarré sous les meilleurs auspices après l'annonce lundi soir par le Koweït, agissant en médiateur, de la réouverture par l'Arabie saoudite de son espace aérien et de toutes ses frontières au Qatar. Les Etats-Unis ont fait pression pour cette réconciliation afin d'isoler davantage l'Iran, dans le cadre de leur stratégie de pression maximale sur Téhéran. Le CCG est né il y a 40 ans avec l'ambition de rapprocher politiquement, économiquement et militairement ses membres. La participation de l'émir du Qatar au sommet a été un autre indice d'un apaisement imminent des relations. Mais réconciliation ne veut pas forcément dire changement de politique.


AFP/Reuters



Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain