Le riz basmati sème à nouveau la discorde entre l'Inde et le Pakistan


Depuis plusieurs mois, l'Inde et le Pakistan se déchirent autour d'un produit issu de leur héritage commun, le basmati, pour savoir lequel sera autorisé à vendre sous cette appellation dans l'Union européenne ce riz tant apprécié des consommateurs. L'Inde a déposé auprès de la Commission européenne une demande d'Indication géographique protégée qui, si elle était acceptée, lui garantirait l'usage exclusif du nom basmati dans l'UE.

Le Pakistan, seul autre pays exportateur au monde de ce riz aromatique aux grains longs et fins cultivé sur le piémont de l'Himalaya, s'est immédiatement opposé à cette requête publiée en septembre 2020 au Journal officiel de l'UE.


L'UE importe environ 300.000 tonnes de basmati par an, aux deux tiers d'origine pakistanaise et un tiers indienne, selon la Commission européenne. Particulièrement adapté aux plats prisés que sont le biryani ou le pilaf, le basmati est devenu très populaire à l'étranger, au Moyen-Orient notamment, ces deux ou trois dernières décennies. Le Pakistan a fortement augmenté ses exportations de basmati vers l'UE ces trois dernières années, en profitant des difficultés de l'Inde à s'adapter aux normes européennes plus strictes en matière de pesticides.


"Pour nous, c'est un marché très, très important", concède Malik Faisal Jahangir, vice-président de l'Association des exportateurs de riz du Pakistan. "Je suis très confiant sur le fait que nous arriverons très bientôt à une conclusion (positive)", affirme-t-il. "La raison pour cela: le monde sait que le basmati vient des deux pays." Si aucun accord n'était trouvé et que l'UE choisissait de donner raison à l'Inde, le Pakistan pourrait saisir la justice européenne ou présenter à son tour sa propre candidature. Mais il faudrait quelques années à l'UE pour l'examiner, et la filière pakistanaise du riz en serait entre temps durablement affectée.


Source: AFP

0 views