Le RN démarre en pole position le premier tour des régionale




Le Rassemblement national aborde le premier tour des élections régionales dimanche en tête dans six régions métropolitaines sur 13, avec l'ambition de briser le front républicain qui lui avait barré la route en 2015. Favorisé par un scrutin à la proportionnelle, le RN est donné en tête, dans les sondages, au premier tour en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et en Bretagne. Les sondages donnent la liste RN de Thierry Mariani vainqueur "dans tous les cas de figure" en Paca face au sortant LR Renaud Muselier, même en cas de retrait de la gauche au second tour. Dans ces conditions, dès que les premières estimations tomberont dimanche soir, la question du "front républicain" se posera pour la gauche, la droite, mais aussi pour la majorité présidentielle. Pour passer au second tour, les candidats doivent recueillir au moins 10% des suffrages. Ils auront alors le choix de concourir seuls ou de fusionner avec d'autres listes, y compris celles éliminées, mais qui ont obtenu plus de 5% des voix. Autant dire que les discussions au sein des états-majors des partis seront très animées, d'autant que le front républicain s'effrite, comme l'atteste un sondage Ifop pour le Journal du dimanche publié jeudi: un Français sur deux (51%) y estime qu'une victoire du RN dans une ou plusieurs régions lors du scrutin du 20 et 27 juin ne représenterait pas un danger pour la démocratie. La tâche des partis sera d'autant plus compliquée que les électeurs n'apprécient pas forcément les alliances, comme l'illustre le bond de M. Mariani dans les sondages en Paca après l'annonce début mai par le Premier ministre Jean Castex d'un accord avec M. Muselier. Bien que locales, ces élections ont une dimension nationale et devraient donner le coup d'envoi de la campagne pour 2022.


AFP

5 views