Le traité interdisant les armes nucléaires va pouvoir entrer en vigueur


Le traité international interdisant les armes nucléaires a été ratifié par un 50e pays, le Honduras, et il va pouvoir entrer en vigueur dans un délai de 90 jours, selon un responsable de l’ONU. "Aujourd'hui, c'est une victoire pour l'humanité et la promesse d'un futur plus sûr", a commenté dans un communiqué Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).


Ce Traité -- qui prohibe l'utilisation, le développement, la production, les essais, le stationnement, le stockage et la menace d'utilisation de telles armes -- avait été approuvé par l'Assemblée générale des Nations unies en juillet 2017 avec le soutien de 122 pays, signé aujourd’hui par 84 pays.


Les principaux pays possédant l'arme nucléaire, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie, ne l'ont pas signé. Ils soutiennent que leurs arsenaux servent de dissuasion et se disent attachés au Traité de non-prolifération, qui vise à empêcher la dissémination à d'autres pays des armes nucléaires. Les militants pro-abolition espèrent à l’inverse que sa ratification aura le même impact que les traités internationaux précédents interdisant les mines terrestres et les armes à sous-munitions: stigmatiser la possession et l'utilisation des armes nucléaires, afin de potentiellement changer les comportements.


Cette étape, pour l'instant extrêmement symbolique, s'inscrit dans un contexte de fortes tensions sur la question du désarmement. Le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) signé en 1987 entre Washington et Moscou est de facto mort depuis 2019 après le retrait du président américain Donald Trump. Depuis, le traité américano-russe New Start conclu en 2010, qui arrive à expiration début 2021, est considéré comme le dernier accord nucléaire encore en vigueur, contenant les arsenaux des deux pays en dessous de leurs sommets de la Guerre froide.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain