Les cloches font le bilan des vies perdues alors que les états-unis atteignent 500 000 décès covid


Les États-Unis ont franchi lundi 22 février 2021 le cap stupéfiant de 500 000 décès par COVID-19 un peu plus d'un an depuis que la pandémie de coronavirus a fait sa première victime connue dans le comté de Santa Clara, en Californie. Dans une proclamation honorant les morts, le président Joe Biden a ordonné que le drapeau américain flotte à moitié sur les bâtiments et les terrains publics jusqu'au coucher du soleil vendredi. Des cloches ont sonné à la cathédrale nationale de Washington pour honorer les vies perdues - sonnant 500 fois pour symboliser les 500 000 morts. Quelques instants plus tard, Biden, la vice-présidente Kamala Harris et leurs conjoints sont apparus vêtus de vêtements noirs et de masques noirs. Ils restèrent silencieux pendant que l'hymne «Amazing Grace» était joué. Le pays avait enregistré plus de 28 millions de cas de COVID-19 et 500 264 vies perdues lundi après-midi, selon un décompte de Reuters de données de santé publique, bien que les cas quotidiens et les hospitalisations soient tombés au plus bas niveau depuis avant les vacances de Thanksgiving et de Noël. Environ 19% des décès de coronavirus dans le monde sont survenus aux États-Unis, un chiffre démesuré étant donné que le pays ne représente que 4% de la population mondiale. Pendant la majeure partie de 2020, le Dr Anthony Fauci a fait partie du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche de l'ancien président Donald Trump, un travail qui le mettait souvent en désaccord avec Trump, qui cherchait à minimiser la gravité de la pandémie malgré la contraction du COVID-19 lui-même, et a refusé d'émettre un national masque mandat. La division politique, a déclaré Fauci, a contribué de manière significative au nombre de morts aux États-Unis. Dans ses remarques à la Maison Blanche, Biden a appelé les Américains à rester vigilants dans la lutte contre la pandémie en continuant à porter des masques, à observer la distanciation sociale et à se faire vacciner quand c'est leur tour.


Reuters/AFP