Les grands électeurs vont confirmer la victoire de Biden, malgré les protestations de Trump


C'est théoriquement une formalité. Mais cette année, le vote des grands électeurs américains qui doivent formaliser lundi la victoire de Joe Biden à la présidentielle de novembre revêt une importance particulière, face au refus obstiné de Donald Trump de reconnaître sa défaite. Les résultats du scrutin du 3 novembre ont déjà été certifiés légalement par chacun des 50 Etats américains: le démocrate a remporté le nombre record de 81,28 millions de voix, soit 51,3%, contre 74,22 millions et 46,8% au président républicain sortant. Mais aux Etats-Unis, le locataire de la Maison Blanche est choisi au suffrage universel indirect, chaque Etat attribuant en général ses grands électeurs, dont le nombre dépend essentiellement de sa population, au candidat arrivé en tête localement. Là aussi, les résultats certifiés confirment l'avance confortable de Joe Biden, annoncée dès le 7 novembre par les grands médias américains, avec 306 grands électeurs contre 232 à Donald Trump.


Les 538 grands électeurs sont des responsables politiques locaux, des figures de la société civile, ou des proches d'un candidat. La plupart sont inconnus du grand public, mais il arrive que des personnalités nationales fassent partie du collège électoral. C'est le cas cette année de la candidate malheureuse de 2016 à la présidentielle, Hillary Clinton, qui votera pour Joe Biden et sa future vice-présidente Kamala Harris dans l'Etat de New York.


Une fois l'étape solennelle de lundi franchie, il est possible qu'un plus grand nombre d'élus républicains acceptent de reconnaître la victoire de Joe Biden. Mais il est peu probable que Donald Trump rentre, lui, dans le rang, d'autant que selon les sondages, une large majorité de ses électeurs ne considèrent pas le démocrate comme un vainqueur légitime.


Reuters/AFP