Les Rohingyas risquent les coups, l'extorsion, la mort pour échapper à l'“enfer"


Les rickshaws se faufilent discrètement hors du plus grand camp de réfugiés au monde entouré de barbelés. C'est le point de départ d'un vaste réseau de trafic d'êtres humains à travers l'Asie impliquant des extorsions en haute mer, des policiers corrompus et des barons de la drogue.


Dans ces rickshaws pétaradants se cachent des hommes, des femmes et des enfants rohingyas qui risquent tout pour échapper à la vie de misère de cette minorité musulmane issue de Birmanie entassée dans le vaste bidonville qu'est le camp de Cox's Bazar sur la côte sud du Bangladesh.


Dans les camps, au Bangladesh ou en Indonésie, le trafic est organisé essentiellement par des Rohingyas, petits intermédiaires réfugiés ou chefs de gangs, et en mer les bateaux sont souvent pilotés par des équipages de Birmans bouddhistes, des pêcheurs indonésiens aussi. Le réseau mobilise des chalutiers battant pavillon thaïlandais pouvant transporter un millier de personnes, des téléphones satellite, une armada de petits bateaux ravitailleurs et des responsables corrompus à travers l'Asie du Sud-Est et jusque dans le camp bangladais.


L'équipage souvent birman des bateaux, qui a peu d'estime pour les Rohingyas, fait tout pour en tirer un maximum d'argent, des coups à bord aux menaces de mort à l'arrivée si leurs proches refusent de payer plus que prévu.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain