Littérature: Eugenia, de Lionel Duroy




Au lendemain de la mort du romancier et dramaturge juif Mihail Sebastian, écrasé par un camion soviétique à la fin de la guerre, Eugenia Rădulescu se remémore et consigne ses souvenirs avec lui, cet homme qu’elle aima tant et qui le lui rendit si mal. L’étudiante devenue journaliste évoque aussi le basculement progressif de la Roumanie dans le fascisme, de la monarchie anglophile de Carol II à la Roumanie d’Antonescu sous le joug de l’Allemagne nazie. Elle raconte alors les coups et les brimades assénés aux juifs et dont elle a été une témoin passive jusqu’à la visite de Sebastian à son université qui, avec sa professeure, sera à l’origine de son éveil. On assiste également à la montée en puissance de la Garde de fer, mouvement d'extrême droite dont le propre frère d’Eugenia est un haut membre et qui fait du juif l’ennemi de la nation roumaine. Finalement, on est spectateur de la chute de Carol II qui laisse libre place aux déversements de haine à l’égard des juifs et qui mèneront au paroxysme de l’horreur, le pogrom de Jassy en 1941, évènement méconnu de l’histoire mais qui causa la mort de plus de 13 000 juifs en deux jours. Au delà de son brillant aspect historique, le roman aborde avec beaucoup de justesse des thèmes clés de l’existence : les racines du Mal, le détachement du bagage intellectuel et culturel laissé en héritage par ses parents, l’attachement à une terre mais aussi l'âpreté d’un amour à sens unique et le talent littéraire de Lionel Duroy offrent au récit d’Eugenia un somptueux écrin. Le lecteur ne peut se résoudre à l’abandonner avant de l’avoir entièrement lu et il en sort bouleversé, se surprenant même à avoir l’impression d’avoir lui-même vécu ces événements.


Auteur: Neila S. @neila_smr

7 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain